Le blog de Pierre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 16 mai 2013

160513-AgiretTransmettre

Pandore, est une chatte égyptienne que m’a offert Uwe, un écrivain Allemand que j’ai rencontré en Grèce. Il écrit des romans policiers historio-psychologiques (pas le chat mais Uwe) qui se vendent bien aux USA et en Corée du Nord (étonnament). Son dernier roman parlait du contre-espionnage en Allemagne de l’Est et des rapports étroits entre la Stazie et la Maison-Blanche sous le gouvernement de Dwight D. Eisenhower (1953-1961) et de Heinrich Lübke (1959-1964). J’ai appris, grace à lui, la recette du boeuf bourgignon aux figues dans son studio à Berlin et les fondements du Tantrisme Tibétain lors d’une randonnée cycliste dans l’archipel de Bréat. Parfois Pandore disparait plus d’un mois ; elle revient totalement changée et m’observe dans un silence éloquent. Je l’ai appelé Pandore parce qu’elle laisse des crottes dans sa litière.

Zeus, c’est un ara mâle coloré qu’une amie de longue date, que j’ai connu à Madagascar, m’as offert il y a 3 ans. Il a la particularité de parler. Il est de la catégorie des ménates ; c’est une espèce très rare de ara-ménate. Il dit des choses parfois absurdes et drôles, parfois totalement visionnaires. Parfois il garde le silence très longtemps. Cette espèce à un rythme lunaire particulier qu’il faut respecter scrupuleusement. Depuis novembre 2012 je l’ai mis dans ma chambre car il a besoin de calme et d’intimité. Aujourd’hui je dois le mettre à la lumière du soleil pour qu’il régule son énergie. La circulation et la Tour Effeil le réjouisse. C’est un confident que je respecte. Je l’ai appelé Zeus, car comme le ciel il a besoin de lumière.

Dyonisos, c’est un poisson-clown bipolaire à 3 bandes (oranges et blanches) du genre Amphiprion, une maladie orpheline. Actuellement frénétique, il passe du rire au larmes périodiquement de façon hebdomadaire. La Rédactrice en chef de Marie-Claire (Valérie S., que j’ai connue lorsqu’elle était maquettiste du Code Civil à Grenoble), amie épisodique, me l’a laissé pour 3 semaines afin de réaliser un reportage à Cuba sur le destin des Cangrejo (un crabe vert qui pûlule sur les routes et est particulièrement indigeste sauf à Caïbarien ou il est considéré comme un amuse-gueule). Il me jette parfois un regard doucement courroucé lorsque je purge l’aquarium (un Aquadream, 400 litres). Je l’ai appelé Dyonisos parce qu’il se conduit sans limites, alors je lui donne des granulés de Tetramin aux algues marines contre la nostalgie.

Hermès... est mon secret.

mercredi 15 mai 2013

150313-Namoney